Diagnostic électrique du bloc traite


Reportage sur France3 Basse-Normandie

Le 30 mars 2011 une équipe de France3 Basse-Normandie m’a accompagné lors de la réalisation d’un diagnostic électrique. Voici la vidéo du reportage. Cliquez sur play et patientez quelques instants.

 

Préambule

Le diagnostic « protection électrique du bloc traite » concerne les différents locaux de l’élevage laitier en lien avec la traite (salle de traite, local de stockage du lait, local technique…).

Il a pour objet de vérifier la protection électrique des équipements et masses métalliques présents afin de contribuer à un bon déroulement de la traite et prévenir les risques pour les personnes et les animaux, les matériels et les bâtiments.

Le diagnostic « protection électrique du bloc traite » est mis en œuvre par le CROCIT Bretagne en partenariat avec des professionnels de l’électricité et de la traite, en référence aux normes en vigueur pour l’installation électrique et les recommandations sur la santé des animaux.

Avertissements importants

Le diagnostic « protection électrique du bloc traite » comprend notamment la vérification du bon fonctionnement des dispositifs différentiels qui assurent la protection électrique de l’installation. Si un de ces dispositifs est défectueux, il sera nécessaire de procéder à son remplacement. Ce remplacement est à la charge de l’éleveur.

Réalisation d’un diagnostic électrique, reportages photos

Appareils de mesure utilisés pour faire un diagnostic

appareil de mesures Chauvin Arnoux CA6115

Appareil de mesure CA 6115

L’appareil utilisé est un Chauvin Arnoux CA 6115 spécialement conçu pour les installations électriques, il permet de mesurer:

-les tensions en Volt, symbole V
-les résistances en Ohm, symbole Ω
-les impédances en Ohm, symbole Z
-les intensités en Ampère, symbole A
-la continuité des circuits

Il sert également à tester les interrupteurs différentiels, mesurer les prises de terre, les liaisons équipotentielles…

pince ampèremétrique
Pince ampèremétrique Fluke 360

Cet appareil sert surtout à mesurer les courants de fuite. Son fonctionnement s’appuie sur le principe suivant:

Tout conducteur traversé par un courant génére un champ électromagnétique. Ce champ électromagnétique produit un courant induit que l’on mesure avec la pince ampèremétrique. La pince (en rouge sur la photo) est constituée d’une bobine qui capte le courant induit et estime sa valeur en mA (milliampère).

Sur cet exemple nous avons un courant de fuite de 0.031 mA sur le fil de terre.

Les courants induits peuvent charger électriquement les masses métalliques proches (stalles, rives de quai, lactoduc…).

mesureur de champ électromagnétique
Mesureur de champ électromagnétique

Cet appareil permet de mettre en évidence la présence de champs électromagnétiques. Les champs électromagnétiques ont plusieurs origines:

-proximité d’une ligne THT (Très Haute Tension)
-transformateur d’alimentation
-relais de pulsation
-électrovannes

L’unité de mesure du champ électromagnétique est le Tesla.

Vérification des Installations et équipements électriques

disjonteur
Disjoncteur général

Le disjoncteur général est l’ appareil de départ de l’installation électrique. Il est installé par ERDF.

Il protège l’installation des surtensions et courts-circuits. Il est également équipé d’un différentiel (généralement 500 mA) pour la protection des personnes.

Ci-contre à droite, exemple de disjoncteur différentiel (650 mA), ce genre de modèle n’est plus utilisé.

Le branchement (câble) de l’installation électrique part du disjoncteur pour alimenter l’armoire électrique.

armoire électrique
Vérification de l’armoire électrique

Le câble venant du disjoncteur général est raccordé sur l’interrupteur différentiel de 30 mA (en haut à gauche) qui alimente ensuite les différents circuits électriques de l’installation.

Une armoire électrique contient:

-un ou plusieurs différentiels
-des coupes-circuits
-contacteur chauffe-eau
-des protections fusibles…

L’armoire électrique doit être propre, étanche, munie d’une fermeture opérationnelle.

Normes: IP35

différentiel
Vérification des interrupteurs différentiels

Les interrupteurs différentiels servent à la protection des personnes et des animaux.
Il coupe l’alimentation des appareils sous tension dès qu’un courant de fuite supérieur à 30 mA (0,030 A) est détecté.

Il sont munis d’un bouton test (T) sur lequel il faut appuyer une fois par mois pour s’assurer de leur bon fonctionnement.

Leur pouvoir de coupure de circuit est généralement de 40 A (en fonction des appareils alimentés).

Ils sont testés avec le CA 6115.

protection thermique des moteurs
Vérification des protections thermiques des moteurs électriques

Les moteurs électriques (pompes à vide, pompes à lait…) doivent être protégés par des protections thermiques.

Ces protections thermiques sont réglées en Ampères (8,5 A sur la photo). Ce réglage est fonction de la puissance du moteur, sa consommation nominale en Ampères est inscrite sur sa plaque signalétique.

Un défaut sur un moteur se traduit par une augmentation de la consommation en Ampères et d’un échauffement du câblage qui sera détecté par la protection thermique. Le circuit d’alimentation du moteur est alors coupé.

Les protections thermiques sont testées avec le CA 6115.

vérification raccordement fils vert-jaune
Vérification du raccordement des fils vert-jaune

Tous les fils vert-jaune doivent être connectés ensemble et raccordés par un fil unique vert-jaune à la barette de terre.

Sur la photo de droite un fil vert-jaune a été « débaptisé » avec du scotch rouge: c’est strictement interdit!

Les raccordements des fils vert-jaune sont vérifiés avec le CA 6115.

barette de terre
Vérification de la prise de terre de l’installation électrique

La prise de terre est testée barette ouverte avec le CA 6115. Sa valeur est exprimée en Ohm et ne doit pas être supérieure à 18.

Vérification des liaisons équipentotielles

Voici en quelques photos les éléments vérifiés avec le CA 6115

unité terminale
lactoduc          tuyau lavage

rive de quai          escalier          stalle

porte de stalle
La continuité des liaisons équipotentielles est très importante. Les masses métalliques         doivent être toutes reliées ensemble. Les mesures sont réalisées par rapport à la terre.
Le résultat s’exprime en Ohm (résistance), il ne faut pas dépasser 2 Ohms.

Ces quelques photos, montrées à titre d’exemple, ne sont qu’une partie des éléments
vérifiés, il y a aussi: les masses métalliques du parc d’attente, les contentions, le tank  à lait…

fiche du diagnostic
La réalisation du diagnostic de protection du bloc traite donne lieu à la rédaction d’une fiche.
On y trouve tous les points mentionnés ci-dessus et une rubrique des modifications à faire.

Cette fiche a été créée par Le CROCIT Bretagne

Conclusion

Comme on peut le constater, le diagnostic est très complexe et ne peut être fait que par un technicien titulaire d’une habilitation BR. Une formation au diagnostic et à l’utilisation du CA 6115 est également nécessaire (cette formation est assurée par le CROCIT Bretagne).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *